Les mesures de confinement dans plusieurs pays de la région commencent à s’atténuer, mais il y a déjà eu des revers avec l’émergence de nouveaux épicentres de contamination et certaines économies devraient se redresser plus lentement que prévu. La Jordanie fait face à un revers majeur après qu’au moins cinquante nouveaux cas ont été découverts au cours des derniers jours alors que le pays assouplissait son verrouillage pour les vacances de l’Aïd Al-Fitr.  Le Liban de son côté a dû imposer un confinement complet de quatre jours après que de nouveaux cas ont été découvert, conduisant à des achats de panique à Beyrouth et dans d’autres villes.

Cette situation est de plus en plus difficile pour les dirigeants du Moyen-Orient, car les principales économies de la région ont connu leur pire ralentissement en près d’un demi-siècle et le prix du pétrole a atteint de nouveaux records de baisse. Le ralentissement économique a été exacerbé par la dépendance à l’égard des revenus du pétrole dans des pays comme l’Iraq, l’importance du tourisme dans des endroits comme la Palestine, la Jordanie et le Liban et la fermeture continue de tous les moyens de transport internationaux. La pandémie continuera d’avoir des répercussions majeures sur l’économie de la région, car la crise de liquidité impacte directement sur la capacité des individus à accéder à l’argent et au crédit formel et informel, et peut saper la confiance dans les prestataires de services financiers à long terme., Les autorités jordaniennes ont par exemple annoncé cette semaine que l’économie du pays perdait 100 millions de JOD par jour (environ 130 millions d’euros); sans mesures économiques appropriées, il faudra des années au Royaume pour se remettre d’une telle crise.

Mais l’épidémie de Covid-19 affecte également de plus en plus la situation sécuritaire dans la région. Un bulletin conjoint émis par l’ensemble des services de sécurité américains a averti que des groupes militants avaient préconisé d’exploiter l’épidémie de COVID-19 pour inciter à la violence et renforcer les discours antigouvernementaux; un certain nombre d’agences de sécurité régionales ont fait des observations similaires ces derniers jours. Il est très probable que les groupes radicaux nationaux et transnationaux au Moyen-Orient continueront de tirer parti du désordre créé par la pandémie pour étendre leurs activités. La menace sera plus élevée dans les environnements où de tels groupes conservent déjà une présence, tels que des parties de l’Iraq fédéral et de la Syrie. Les retombées socio-économiques du COVID-19 créent également de nouvelles conditions favorables à la radicalisation parmi les sympathisants appauvris des groupes militants. L’ampleur et la fréquence de toute future attaque dépendront de la capacité des autorités locales à contrer la menace.

Vers de nouvelles révoltes

La situation sécuritaire dans la région a tendance à se détériorer principalement en raison de la reprise des mouvements de protestation, de nouvelles formes de protestations se développant en raison de la situation économique et d’un recours accru à la force par les forces nationales pour faire respecter les réglementations liées au Coronavirus.

Dans le sud du Yémen, le gouvernement Hadi et les séparatistes du Conseil de transition du Sud (STC) ont mis en place des mesures pour arrêter tous les mouvements à Aden pendant deux semaines, à l’exception des marchandises et de l’aide humanitaire, mais les deux ne parviennent pas à appliquer ces mesures, les populations continuant d’ignorer tous les conseils sur les déplacements. Tout au long de la période considérée, les autorités du nord auraient contraint davantage les marchés du Kat à ouvrir à la périphérie des villes, fermé un certain nombre de marchés de rue locaux, de salles de mariage, de saunas, de cafés Internet; ils ont également interdit aux colporteurs et aux marchands ambulants de travailler et libéré un certain nombre de prisonniers.

En Israël et Palestine, les forces Israéliennes continuent de recourir à la force pour arrêter les manifestations et imposer des fermetures d’entreprises. Il est toujours impossible d’entrer à Gaza avec une quarantaine institutionnelle de 14 à 21 jours. Le personnel des ONG n’est toujours pas autorisé à se rendre dans leurs bureaux de Cisjordanie. Certaines parties de la zone sont toujours en quarantaine et aucun travailleur humanitaire n’est autorisé à y entrer, créant des situations de tension entre population palestiniennes et forces Israéliennes.

Après un ralentissement des manifestations datant d’octobre 2019, nous assistons à de nouvelles manifestations dans différentes régions du Liban, en particulier à Tripoli, Beyrouth, le Sud et la Bekaa, mais elles sont davantage ciblées sur le désespoir économique et les craintes pour la sécurité alimentaire. Une augmentation des attaques contre les banques a également été observée ces dernières semaines, des groupes mettant le feu à l’entrée de certaines succursales la nuit ou jetant des cocktails Molotov sur les bureaux des principales banques. Cela est lié aux restrictions bancaires persistantes et à la frustration liée à la dévaluation de la monnaie libanaise. De plus, il y a des complications avec les services de change car la Banque centrale a plafonné le maximum potentiel d’échange à un taux de 3 200 LL par dollar dans les magasins de change. Cela a été rencontré par un marché noir parallèle avec des taux aussi élevés que 3,900LL – 4,400LL et les forces de sécurité ont arrêté les propriétaires de magasins de change ne respectant pas le taux de change convenu, ce qui a entraîné une grève déclarée par les syndicats.

Un appel au cessez-le-feu inopérant

L’appel des Nations Unies au cessez-le-feu a également été très limité sur les activités et l’intensité des conflits au Moyen-Orient. Au Yémen, les hostilités entre le gouvernement Hadi et le Conseil de transition du Sud (STC) se sont intensifiées, l’accord de Riyad semblant se dissoudre. Les forces du STC ont tenté de s’emparer de la capitale de Socotra, Hadibu, alors que des affrontements ont éclaté sur l’île pour la première fois depuis des dizaines d’années. Les hostilités dans le gouvernorat d’Abyan dans le sud ont également augmenté, alors que sporadiques et limitées au cours des 6 derniers mois. De violents affrontements ont eu lieu dans le gouvernorat, les deux parties ayant également accru leur rhétorique de guerre.

En Irak, le redéploiement des Forces de Sécurité Intérieures pour soutenir les mesures d’atténuation du COVID-19, ainsi que le déplacement et le retrait des forces de la coalition, aident l’Etat Islamique (EI) à maintenir son insurrection et le groupe continuera de tirer parti des lacunes de sécurité entre les FSI, les milices shiites et les forces kurdes sur le terrain. Le nombre et le mode de fonctionnement des récents incidents continuent d’être préoccupants alors que nous voyons la reprise des incendies criminels contre les cultures à l’approche de l’été, ainsi que contre des infrastructures telles que les lignes électriques et l’enlèvement de civils. De plus en plus de commentaires circulent, selon lesquels un certain nombre de gouvernorats dominés par les sunnites craignent que le redéploiement des factions chiites dans leurs régions dans le cadre de la campagne des forces de sécurité pour lutter contre Daech ne conduise à des troubles sectaires.

Le pays continue de connaître des turbulences politiques généralisées, en même temps que ses forces de sécurité sont assaillies par des attaques de l’État islamique (EI). À Kirkouk, des combattants de l’État islamique ont attaqué un bâtiment abritant la direction du renseignement irakienne. Outre Kirkouk, les attaques ont également monté en flèche à Diyala et à Salahuddin. Le coronavirus a donné aux militants plus de liberté de manœuvre et la capacité d’exploiter l’espace opérationnel, avec des attaques récentes visant des points de contrôle militaires dirigés par des milices affiliées aux forces de sécurité irakiennes. Parallèlement au retrait des troupes américaines et au repositionnement des forces de sécurité irakiennes dans les redoutes urbaines, des vulnérabilités sont apparues, permettant aux combattants de l’EI de saisir l’occasion pour combler le vide. On craint sérieusement qu’avec un nouvel élan, les combattants de l’EI cherchent à empiéter sur les villes et les zones urbaines, où des attaques spectaculaires pourraient entraîner des pertes massives. L’EI semble d’ailleurs se rapprocher de Bagdad, la capitale irakienne.

L’État islamique est également devenu beaucoup plus actif en Syrie depuis la fin de 2019, lançant des attaques sporadiques à l’est du fleuve Euphrate et élargissant sa présence dans certaines parties du désert syrien central. Des militants de l’EI ont également contesté un territoire contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (SDF) et un certain nombre de récentes incarcérations dans le nord-est de la Syrie ont conduit les Kurdes syriens à faire appel aux forces américaines pour obtenir de l’aide. L’État islamique continue de gagner de l’argent grâce à l’extorsion et avec un accès à des fonds importants et une force de combat restructurée, l’EI est bien placé pour mener une insurrection de bas niveau en Irak et en Syrie, profitant du désordre créé par la crise de Covid-19.


Le Covid-19 est une crise sanitaire sans précédent dont les répercussions se feront sentir dans le monde entier probablement pendant plusieurs années. Au Moyen-Orient, cela ajoute un niveau d’instabilité en poussant des millions de personnes dans la pauvreté et en agissant comme multiplicateur des conflits. La crise à venir sera une crise de gouvernance si les dirigeants de la région ne prennent pas des mesures rapides pour leurs populations.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s